CHARLES MALEK


charles_malek

Charles Habib Malek
Naissance 1906
Bterram (Liban)
Décès 28 décembre 1987
(à 81 ans)
Beyrouth
Nationalité Liban Liban
Profession(s) philosophie et politique
Autres activités Président de l’Assemblée générale des Nations unies (1958–1959)
Formation Université Harvard

Diplomate, politicien,philosophe, visionnaire

Charles Habib Malek (* 1906, † 1987) (arabe : شارل مالك) était un diplomate, homme politique et universitaire libanais. Il a occupé plusieurs fonctions au sein de l’Organisation des Nations unies et a joué un rôle important au sein de la politique libanaise. Il est un des rédacteurs de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Biographie

Charles Malek est né en 1906 à Bterram, un village situé dans le district du Koura, au nord du Liban. Ses parents, Dr. Habib Malek et Zarifa Karam, étaient des chrétiens orthodoxes. Il est mort le 28 décembre 1987 à Beyrouth, suite à une intervention chirurgicale.

Formation

Il est élève de l’École missionnaire américaine pour garçons de Tripoli, puis de l’Université américaine de Beyrouth, dont il obtient un diplôme en mathématiques et physique. En 1929, il quitte le Liban pour se rendre au Caire, en Égypte, où il développe un goût pour la philosophie. Cette appétence le mène à Fribourg-en-Brisgau, en Allemagne, où il suit l’enseignement de Martin Heidegger, de 1932 à 1933. Mais l’avènement du nazisme l’insupporte et le pousse à quitter l’Allemagne pour l’Université Harvard aux États-Unis. C’est là qu’il suit les cours d’Alfred North Whitehead. En 1937, il obtient son PhD, toujours à Harvard, s’inspirant des métaphysiques de ses deux maîtres, Heidegger et Whitehead.

Carrière universitaire

Une fois diplômé, Charles Malek enseigne à Harvard ainsi que dans d’autres universités américaines. Il retourne au Liban avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, où il intègre l’Université américaine de Beyrouth. Il y est le fondateur du département de philosophie et du département d’anthropologie culturelle.
Néanmoins en 1945, la fin de la Seconde Guerre mondiale le place sur le devant de la scène politique internationale, qu’il ne quitte pas jusqu’en 1960. Durant cette période, il marque une pause dans sa carrière universitaire.
En 1960, fort de son expérience politique, il reprend ses enseignements. Il enseigne alors à l’American University à Washington, au Dartmouth College dans le New Hampshire, à l’Université de Notre Dame dans l’Indiana, à l’Université de Waterloo au Canada en tant que Pascal Lecturer en 1981. Son dernier poste officiel est à l’Université Catholique d’Amérique à Washington, où il officie comme Jacques Maritain Distinguished Professor of Moral and Political Philosophy (Professeur distingué Jacques Maritain de philosophie morale et politique) de 1981 à 1983. Bien que ses fonctions de professeur l’appellent principalement en Amérique du Nord, il conserve sa chaire de philosophie à l’Université américaine de Beyrouth de 1962 à 1976. Il a reçu au moins 50 diplômes honorifiques d’établissements d’enseignement supérieur des États-Unis, du Canada et d’Europe [1].

Engagements politiques

À l’Organisation des Nations unies

En 1945, il est choisi pour être l’ambassadeur libanais aux États-Unis et à l’Organisation des Nations unies. Il représente le Liban à la Conférence de San Francisco de 1945, fondatrice de l’Organisation des Nations Unies. En 1946 et 1947, il sert comme rapporteur pour la Commission pour les droits de l’homme des Nations unies, pour ensuite devenir président du Conseil économique et social des Nations unies. En 1947, il participe à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’homme aux côtés de la présidente siégeante de la Commission pour les droits de l’homme des Nations unies, la déléguée américaine à l’Assemblée générale des Nations unies, Eleanor Roosevelt. Son rôle dans la rédaction du texte est reconnu comme prépondérant, et on le désigne comme la « force motrice » dans l’arrangement du texte[2]. « Nous avons eu la chance d’avoir Charles Malek comme président », a écrit dans ses mémoires John Humphrey, directeur de la division des droits de l’homme au Secrétariat des Nations unies. Il connaissait bien l’histoire législative de ce document »[1]. En 1952, il succède à Eleanor Roosevelt au siège de l’Assemblée générale des Nations unies.Il exprime librement ses idées lors des débats en critiquant régulièrement l’Union Soviétique. Il reste ambassadeur aux États-Unis et à l’ONU jusqu’en 1955. Après une pause de trois ans, il revient présider la treizième session de l’Assemblée générale des Nations unies.

Au Liban

Parallèlement à ses activités à l’ONU, Malek est nommé au gouvernement libanais. Il est Ministre de l’Éducation Nationale en 1956 et 1957, et Ministre des Affaires Étrangères de 1956 à 1958. Tout en étant Ministre, il est élu à l’Assemblée Nationale du Liban en 1957, où il reste trois années. Le déclenchement de la Guerre Civile Libanaise, qui dura de 1975 à 1990, pousse Malek à fonder le Front pour la Liberté et l’Homme au Liban, afin de défendre la cause chrétienne. Il est renommé plus tard Front Libanais. Au sein du front, Malek est le seul chrétien orthodoxe parmi des maronites, et vraisemblablement la tête pensante du parti. Les membres du Front comptaient des personnalités de la droite chrétienne, comme Pierre Gemayel, le fondateur des Phalanges libanaises, et Camille Chamoun, ancien Président de la République libanaise de 1952 à 1958 et dirigeant du Parti national libéral (Liban).

Charles Malek

 

Activités religieuses

Malek officie aussi sur la question religieuse, tentant de briser les lignes confessionnelles entre chrétiens orthodoxes, catholiques et protestants. Il est l’auteur de nombreuses exégèses de la Bible et de commentaires des écrits des Pères de l’Église, et l’un des rares théologiens orthodoxes de son temps à être reconnu dans les cercles évangéliques. Il est cité par des dirigeants évangéliques comme Bill Bright. De 1966 à 1972, il est vice-président de la Société biblique, et de 1967 à 1971, il est président du Conseil mondial pour l’éducation chrétienne.

Publicités

TrackBack Identifier URI

  • TRANSLATOR / TRADUCTEUR

  • FACEBOOK PAGE

  • VISITES VISITS

    wordpress counter
  • RSS RADIO SATELLITE( cliquer avec le bouton droit de la souris)

  • Pages et Articles Phares

  • RSS AGENDA CULTUREL (LIBAN)

    • Festival du cinéma européen
      Le Festival du cinéma européen, organisé par la délégation de l’Union européenne, en collaboration avec les ambassades et instituts culturels des états membres de l’Union européenne, lance sa 24e édition.
    • Semaine de l’orgue au Liban
      La 3e Semaine de l’orgue se tient du 27 janvier au 4 février 2018, consultez le programme.
    • Beirut and Beyond
      Après la tournée européenne qui a remporté beaucoup de succès, la 5e édition de Beirut and Beyond, curatée par Maurice Louca, promet un line-up exceptionnel d’artistes qui animent en vous fantasmes et sensations, au Grand Factory, Ked et Dar el-Nimer
    • Beirut International Women Film Festival
      Beirut International Women Film Festival (BWFF) est un événement annuel organisé à Beyrouth rassemblant des cinéastes et des cinéphiles du monde entier.
    • Mois de la francophonie
      Ne ratez pas le Mois de la Francophonie 2018 qui se déclinera autour du thème ‘une francophonie illustrée’ à l’Institut français du Liban.
    • Festival al-Bustan
      Le Festival al Bustan revient jusqu'au 21 mars 2018. Consultez le programme
    • Festival international du film de Beyrouth (BIFF)
      Marquée par le 20e anniversaire du festival, la 17e édition du BIFF est axée sur le terrorisme, l’extrémisme, les réfugiés et les marginalisés.
    • Beirut Art Fair
      Plus de 40 galeries d’art libanaises, régionales et internationales de 18 pays participent à cette 8e édition de la foire. Du 21 au 24 septembre 2017
    • Beirut Design Fair
      Salon dédié aux meubles et aux objets design, à la fois contemporain et vintage. Du 20 au 24 septembre 2017 au Biel.
    • Beirut Chants
      La dixième édition du Festival de musique sacrée au Liban ‘Beirut Chants’ à lieu du 1er au 23 décembre 2017, consultez le programme.
  • RSS FRANCE 24 SANTE

    • VIH en Chine : la jeunesse particulièrement exposée 19 juin 2018
      Les jeunes Chinois urbains n'ont jamais connu un tel niveau de vie. Ils ont un meilleur accès à l'éducation, aux services de santé et ont une meilleure qualité de vie en général. Mais les autorités ont été récemment alarmées par une statistique : le taux de VIH chez les jeunes âgés de 15 à 19 ans a triplé au cours de la dernière décennie. En cause […]
      Antoine VÉDEILHÉ
    • Reste à charge zéro, retraites, dépendance : Macron dévoile ses pistes pour la protection sociale 13 juin 2018
      Entre des annonces sur le reste à charge zéro, les retraites et la dépendance, Emmanuel Macron souhaite réformer le système de protection sociale, tout en assurant qu'aucune économie ne serait faite sur le dos des plus fragiles.
      FRANCE 24
    • Les Antilles françaises empoisonnées pour des générations 6 juin 2018
      C'est une révélation du quotidien Le Monde: la quasi-totalité des Guadeloupéens et des Martiniquais sont contaminés par le Chlordécone, un pesticide toxique utilisé massivement de 1972 à 1993 dans les bananeraies. Toujours en France, l'enceinte connectée Echo équipée de l'intelligence artificielle Alexa arrivera le 13 juin annonce Amazon. Pour […]
      Julie CHOUTEAU
    • La France crée un premier village Alzheimer pour "améliorer le quotidien" des malades 6 juin 2018
      Sur le modèle du village hollandais d’Hogeweyk, un "village Alzheimer" accueillera fin 2019 une centaine de résidents à Dax, dans le sud-ouest de la France. Questions à Jean-François Dartigues, neurologue qui supervise le projet.
      FRANCE 24
    • Le CBD, "cannabis légal", en France : entre espoirs médicaux et business florissant 5 juin 2018
      Pourra-t-on un jour en France consommer du cannabis légalement pour soulager ses douleurs ou supporter une chimiothérapie?... La ministre de la Santé vient de relancer le débat. Aujourd'hui acheter ou vendre du cannabis est interdit dans le pays. En revanche depuis quelques temps, à la faveur d'un vide juridique, l'une de ses molécules est en […]
      Cécile KHINDRIA
    • Eau potable : le verre à moitié vide 1 juin 2018
      En France, 1 300 milliards de litres d'eau sont perdus chaque année, soit l'équivalent de 430 000 piscines olympiques. Et ce, à cause de la vétusté du réseau français. Pour éviter ce gaspillage, l’État a lancé le chantier des Assises de l'eau afin de moderniser plus rapidement ses infrastructures. Mais quel chemin parcourt l'eau de la sou […]
      Nadia CHARBIT
    • "La prochaine fois qu'un opposant russe sera assassiné, on se demandera s'il est vraiment mort" 31 mai 2018
      Dans la presse, ce jeudi 31 mai, les réactions à la mise en scène de l’assassinat du journaliste Arkady Babchenko. Une conséquence controversée du durcissement de la lutte contre l’immigration aux États-Unis. L’essor du djihadisme en Afrique. Et une info sur le port de lunettes.
      Hélène FRADE
    • "Le vaccin ‘expérimental’ contre Ebola a montré son efficacité" 30 mai 2018
      Yazdan Yazdanpanah, chef du Service des maladies infectieuses et tropicales de l’Hôpital Bichat à Paris, a travaillé sur la mise au point d’un vaccin contre le virus Ebola. Il revient sur la campagne de vaccination en cours en RDC, où Ebola a fait à ce jour 25 morts, qui suscite l'inquiétudes sur place. Entre 2013 et 2016 Ebola a tué 11 000 personnes en […]
      Pauline PACCARD
    • RD Congo : les vaccinations démarrent dans les villages d'où est partie l'épidémie d'Ebola 29 mai 2018
      Le gouvernement congolais, l'OMS et leurs partenaires ont entamé lundi les vaccinations à Bikoro et Iboko, localités reculées de l'ouest de la RD Congo, d'où est partie l'épidémie d'Ebola, il y a trois semaines.
      Rémi CARLIER
    • Vidéo : le virus Nipah met le sud de l'Inde en état d'alerte 24 mai 2018
      Dix personnes sont décédées en moins de deux semaines, en Inde, du virus Nipah. Moins connu qu'Ebola, il a pourtant un taux de mortalité équivalent et fait partie des candidats les plus dangereux pour une prochaine épidémie majeure, d'après l'OMS.
      FRANCE24