ZONE 51


Des ovnis dans le désert US
Accueil | Ovnis | Paranormal | Photos | Seti@home

À environ 190 kilomètres au nord-ouest de Las Vegas, dans le désert du Nevada, la carte officielle devient soudainement muette. Rien de ce qui se trouve dans cette zone n’y est mentionné: pourtant, il y a des montagnes et des ravins impressionnants, des bâtiments de bonne taille ainsi qu’une immense piste d’envol longue de 9,5Km. Mais rien de tout cela ne figure sur la carte. Sur un territoire de la taille de la Suisse, il semblerait que toute activité humaine ait été volontairement occultée.

L’accès à cette zone est interdit. Des panneaux placés à ses limites indiquent que « l’utilisation de la force armée est autorisée à l’encontre des intrus ». En outre, l’espace aérien surplombant l’endroit est le plus inviolable des Etats-Unis. Nous sommes sur le territoire de la Nellis Air Force Range et du site nucléaire du Nevada, plus communément appelé Zone 51 (Area 51), suivant l’ancienne désignation officielle du lieu.

La Zone 51 fut établie en 1954 pour servir de base secrète à la Lockheed Aircraft Corporation, société d’aéronautique qui mettait alors au point des avions-espions pour le compte de la CIA et du Pentagone. Ce site d’essais servait encore récemment aux projets de défense les plus avancés mis en œuvre par les Etats-Unis. Le bombardier furtif Stealth fut testé sur cette base, comme d’autres engins de conception futuriste. Compte tenu de ces activités, la base a toujours été entourée du plus grand secret – l’US Aire Force (USAF) n’en a reconnu l’existence qu’en 1994 – car c’est là que se trouve le fer de lance de la technologie militaire américaine. Or, d’après certains éléments d’information récents, la technologie du site aussi bien que ses employés ne serait pas uniquement d’origine américaine. Tout ou partie serait extraterrestre !

UNE TECHNOLOGIE EXTRATERRESTRE ?

Les autorités américaines montrèrent en effet un embarras évident lorsqu’un ancien technicien du site allégua qu’il existait une activité ovni au-dessus de la Zone 51. Pour compléter cette très surprenante déclaration, cet informateur ajouta et qui plus est l’aviation américaine travaillait activement avec la technologie extraterrestre. C’est sur un plateau de télévision, en mai 1989, que Bob Lazar fit ces déclarations. Cet informateur devait savoir de quoi il parlait : Lazar avait occupé, sous contrat, un poste de scientifique sur la base pendant cinq mois à partir de décembre 1988. Il révéla que le gouvernement américain y conduisait un programme d’examen de neuf soucoupes volantes et tentait d’adapter la technologie extraterrestre à ses propres fins. Quand Lazar fit ce témoignage public, il opéra dans l’ombre : il se présenta sous un nom d’emprunt, « Denis », et sa voix fut modifiée électroniquement. Cette prudence lui était dictée par le fait que sa femme et lui avaient déjà fait l’objet de menaces de mort. Les précautions prises eurent peu d’effet : dans les jours suivant l’interview, les menaces de mort se succédèrent et on tira des coups de feu sur sa voiture. En novembre de la même année, afin de prévenir ce genre d’incidents, Lazar décida de jeter le masque. À cette occasion, il donna plus de détails encore, décrivant notamment le site ultra secret « S4 », situé à l’intérieur de la Zone 51, près du Lac Papoose (voir carte), lieu où les engins extraterrestres étaient remisés. Il précisa les fonctions qui avaient été les siennes sur ce site : au sein d’une équipe de 22 ingénieurs, il avait été engagé pour tenter de comprendre le système de propulsion des ovnis.

À L’INTERIEUR DU S4

Selon Lazar, le S4 était un vaste complexe souterrain occupant la surface d’une chaîne de montagne entière. Au début, il pensait travailler sur une technologie humaine très avancée. Mais lorsqu’il pénétra à l’intérieur de l’un des disques, il acquit la conviction que tout cela venait d’un autre monde car ni la forme, ni les dimensions ne semblaient provenir de la main de l’homme. « Il n’y a pas de joint physique, pas de soudure, ni boulons, ni rivets apparents » dit Lazar. « Tout objet présente une sorte de bord arrondi, comme s’il avait été moulé dans la cire, chauffé, et ensuite refroidi ». Poursuivant ses descriptions, Lazar fait état de hublots, de voûtes et de tous petits sièges hauts de 30 cm. Quant à ce qui avait été identifié comme l’unité de propulsion, il s’agissait d’un objet de la taille d’un ballon de rugby, capable de produire un champ anti-gravité traversant l’engin par une tuyère verticale.

La documentation que Lazar put consulter par ailleurs confirma ses soupçons. Il y trouva sur le site une masse étonnante d’informations relatives aux ovnis, y compris les images d’une autopsie de petits êtres grisâtres et chauves. D’après les documents compulsés par Lazar, ces extraterrestres étaient répertoriés comme venant du système stellaire Zeta Reticulli. Il y était également question d’un incident survenu en 1979, au cours duquel des extraterrestres avaient tué des gardes de la sécurité et un scientifique de la base. À la lumière de ces éléments, il ne faisait plus aucun doute pour Lazar qu’il s’agissait l à « d’engins extraterrestres, fabriqués par une intelligence extraterrestre, avec des matériaux extraterrestres ». Lazar n’affirme pas catégoriquement avoir vu des extraterrestres au S4. Mais il assista en revanche à une scène étrange. Passant un jour devant une pièce dont la porte était ouverte, il vit deux hommes en blouse blanche « regarder vers le bas et s’adressant à un petit être aux longs bras… Ce fut une vision brève. Je n’ai aucune idée de ce que cela pouvait être », dit Lazar.

INFORMATIONS FIABLES ?

Lazar emploie-t-il des clichés sur les ovnis pour se faire un peu de publicité ou peut-on croire ce qu’il raconte ? Plusieurs éléments viennent toutefois corroborer ses affirmations. D’après George Knapp, qui interviewa Lazar à la télévision, plus d’une douzaine de personnes se sont depuis manifestées pour compléter et étayer ses propos. Knapp a ainsi pu filmer le témoignage d’un homme ayant dirigé plusieurs programmes militaires de grande ampleur à la base Nellis. Ce témoin prétend que les autorités disposent d’extraterrestres et de leur technologie depuis les années 50. Hélas, cette bande vidéo ne pourra être visionnée qu’après la mort de cet homme. Aucun des autres témoins n’accepte de se montrer au jour car ils craignent des représailles.

MENACES DE MORT

Un journaliste d’une autre chaîne de télévision qui souhaitait enquêter sur la Zone 51 se heurta aux même réticences. Un ingénieur électricien qui affirmait avoir vu une soucoupe volante se déclara prêt à participer à une émission télévisée. Mais il se ravisa après avoir constaté la présence d’individus, vêtus de sombre, stationnant nuit et jour dans des voitures près de son domicile. Un autre témoin reçut des menaces directes. On lui dit : « Nous savons que vous voyagez beaucoup, et ce serait tellement dommage que vous ou votre famille ne soit victime d’un accident ». Si l’on observe Lazar dans ses prestations télévisuelles, il apparaît comme une personne posée, calme et sans prétentions. Il ne s’avance pas sur des domaines qui ne lui sont pas familiers. Il a de plus toujours avancé la même version des faits – chose difficile et rare en matière de faux témoignages. Toutefois, sa crédibilité peut être mise en doute car il soutient être titulaire de diplômes délivrés par deux universités américaines prestigieuses, sans jamais en avoir apporté la preuve. Par ailleurs, il a connu une faillite commerciale et a été condamné à des travaux d’intérêt général pour avoir participé à la gérance d’une maison close. On peut également s’interroger sur les motivations de Lazar. Selon lui, il a décidé de parler parce que garder le silence aurait été une insulte à la science et aux citoyens américains. Ces nobles intentions ne l’ont pas empêché de vendre ses dessins d’engins extraterrestres sous forme de maquettes, et d’en céder les droits pour un film racontant son aventure. Mais gagner de l’argent n’est pas un crime, surtout aux Etats-Unis, et les quelques taches sur son passé ne signifient pas qu’il soit foncièrement malhonnête. Quoi qu’il en soit, un doute subsiste sur la véracité de certains de ses propos. Lazar affirme par exemple que, de 1982 à 1984, il a travaillé au Laboratoire National de Los Alamos au Nouveau-Mexique, dans le cadre de l’Initiative de Défense Stratégique « Guerre des Etoiles ». Le journaliste George Knapp enquêta à ce sujet, et s’aperçut que le nom de Lazar figurait bien à l’époque sur l’annuaire du laboratoire de Los Alamos. Mais le fait a été catégoriquement démenti par les autorités militaires: selon elles, il n’y aurait aucune trace d’un tel engagement. En revanche, le gouvernement n’a jamais nié que Lazar avait travaillé à la Zone 51, ce qui est confirmé par ses déclarations d’impôt.

CONFIRMATION VIDEO ?

D’autres données accréditant les dires de Lazar ont été récemment produites. En 1995, une société cinématographique allemande diffusa une cassette vidéo, Secrets du Monde Noir, dans laquelle plusieurs témoins confirment que la Zone 51 est le théâtre d’une activité pour le moins étrange. Par exemple, Norio Hayakawa, cameraman de la télévision japonaise, resta éveillé toute une nuit afin d’entrevoir un ovni décollant de la Zone 51. Il filma en effet un objet lumineux planant au-dessus des montagnes et à travers le ciel. L’analyse du film fait dire à Hayakawa que l’objet n’était « certainement pas un avion de type classique ». Beaucoup d’autres films montrent à peu près la même chose: un objet extrêmement lumineux se déplaçant à une vitesse incroyable et effectuant des manœuvres aériennes impossibles. L’un de ces objets s’est même approché d’une équipe de la télévision de la NBC : les journalistes sont revenus avec des brûlures proches de l’irradiation. Un autre reporter a réussi à s’introduire à l’intérieur du S4, et a pu filmer une salle remplie de grands récipients dans lesquels, selon lui, étaient stockés des cadavres d’extraterrestres.

La cassette vidéo allemande présente deux soi-disant ovnis : l’un ressemble fort à un avion à réaction classique volant à basse altitude, l’autre est en fait une séquence mal montée d’un avion en piteux état. Par ailleurs, des spécialistes en aéronautique, tel l’écrivain Jim Goodall, affirment qu’au moins huit programmes de vols spatiaux sont en cours sur la Zone 51. Ces Black Programs, projets ultra secrets au budget annuel estimé à 35 milliards de dollars, on permis au bombardier furtif Stealth (furtif) de voir le jour. Et l’on sait qu’ils incluent des essais d’avions-sondes sans pilotes dont la vitesse et la maniabilité pourraient facilement faire croire qu’il s’agit de soucoupes volantes. Cette probabilité n’explique pas tout. Goodall fait état d’engins silencieux et incroyablement rapides (l’un d’eux, suivi par le Federal Aviation Administration Center, filait à 16 000 Km/h, soit environ treize fois la vitesse du son) et s’interroge légitimement sur la compatibilité entre de telles vitesses et la technologie humaine. Goodall interviewa un ancien ouvrier de chez Lockheed qui affirma: « Nous possédons des engins dans le désert du Nevada qui feraient baver d’envie Georges Lucas ». Egalement interrogé par Goodall, Ben Rich, ancien président de la Lockheed Advanced Development, déclara : « Oui. Je crois fermement que les ovnis existent ». Lazar indique que ceux qui travaillent au sein du S4 portent des badges portant le nom de code « Maj ». S’agit-il du Majestic 12, le groupe ultra secret de recherche sur les soucoupes volantes créé par le président des Etats-Unis en 1947 ?


Copyright © 2002 Réguite Corporation. Tous droits réservés.

Cet article est  un extrait du site: (Donc responsabilité et droits réservés à ce site)

http://reguite.free.fr/Extraterrestres/zone51.html

 

Sur Dailymotion (et You tube), j’ai trouvé cette interview assez pertinente:

 

Publicités

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

  • TRANSLATOR / TRADUCTEUR

  • FACEBOOK PAGE

  • VISITES VISITS

    wordpress counter
  • RSS RADIO SATELLITE( cliquer avec le bouton droit de la souris)

  • Pages et Articles Phares

  • RSS AGENDA CULTUREL (LIBAN)

    • Festival du cinéma européen
      Le Festival du cinéma européen, organisé par la délégation de l’Union européenne, en collaboration avec les ambassades et instituts culturels des états membres de l’Union européenne, lance sa 24e édition.
    • Semaine de l’orgue au Liban
      La 3e Semaine de l’orgue se tient du 27 janvier au 4 février 2018, consultez le programme.
    • Beirut and Beyond
      Après la tournée européenne qui a remporté beaucoup de succès, la 5e édition de Beirut and Beyond, curatée par Maurice Louca, promet un line-up exceptionnel d’artistes qui animent en vous fantasmes et sensations, au Grand Factory, Ked et Dar el-Nimer
    • Beirut International Women Film Festival
      Beirut International Women Film Festival (BWFF) est un événement annuel organisé à Beyrouth rassemblant des cinéastes et des cinéphiles du monde entier.
    • Mois de la francophonie
      Ne ratez pas le Mois de la Francophonie 2018 qui se déclinera autour du thème ‘une francophonie illustrée’ à l’Institut français du Liban.
    • Festival al-Bustan
      Le Festival al Bustan revient jusqu'au 21 mars 2018. Consultez le programme
    • Festival international du film de Beyrouth (BIFF)
      Marquée par le 20e anniversaire du festival, la 17e édition du BIFF est axée sur le terrorisme, l’extrémisme, les réfugiés et les marginalisés.
    • Beirut Art Fair
      Plus de 40 galeries d’art libanaises, régionales et internationales de 18 pays participent à cette 8e édition de la foire. Du 21 au 24 septembre 2017
    • Beirut Design Fair
      Salon dédié aux meubles et aux objets design, à la fois contemporain et vintage. Du 20 au 24 septembre 2017 au Biel.
    • Beirut Chants
      La dixième édition du Festival de musique sacrée au Liban ‘Beirut Chants’ à lieu du 1er au 23 décembre 2017, consultez le programme.
  • RSS FRANCE 24 SANTE

    • VIH en Chine : la jeunesse particulièrement exposée 19 juin 2018
      Les jeunes Chinois urbains n'ont jamais connu un tel niveau de vie. Ils ont un meilleur accès à l'éducation, aux services de santé et ont une meilleure qualité de vie en général. Mais les autorités ont été récemment alarmées par une statistique : le taux de VIH chez les jeunes âgés de 15 à 19 ans a triplé au cours de la dernière décennie. En cause […]
      Antoine VÉDEILHÉ
    • Reste à charge zéro, retraites, dépendance : Macron dévoile ses pistes pour la protection sociale 13 juin 2018
      Entre des annonces sur le reste à charge zéro, les retraites et la dépendance, Emmanuel Macron souhaite réformer le système de protection sociale, tout en assurant qu'aucune économie ne serait faite sur le dos des plus fragiles.
      FRANCE 24
    • Les Antilles françaises empoisonnées pour des générations 6 juin 2018
      C'est une révélation du quotidien Le Monde: la quasi-totalité des Guadeloupéens et des Martiniquais sont contaminés par le Chlordécone, un pesticide toxique utilisé massivement de 1972 à 1993 dans les bananeraies. Toujours en France, l'enceinte connectée Echo équipée de l'intelligence artificielle Alexa arrivera le 13 juin annonce Amazon. Pour […]
      Julie CHOUTEAU
    • La France crée un premier village Alzheimer pour "améliorer le quotidien" des malades 6 juin 2018
      Sur le modèle du village hollandais d’Hogeweyk, un "village Alzheimer" accueillera fin 2019 une centaine de résidents à Dax, dans le sud-ouest de la France. Questions à Jean-François Dartigues, neurologue qui supervise le projet.
      FRANCE 24
    • Le CBD, "cannabis légal", en France : entre espoirs médicaux et business florissant 5 juin 2018
      Pourra-t-on un jour en France consommer du cannabis légalement pour soulager ses douleurs ou supporter une chimiothérapie?... La ministre de la Santé vient de relancer le débat. Aujourd'hui acheter ou vendre du cannabis est interdit dans le pays. En revanche depuis quelques temps, à la faveur d'un vide juridique, l'une de ses molécules est en […]
      Cécile KHINDRIA
    • Eau potable : le verre à moitié vide 1 juin 2018
      En France, 1 300 milliards de litres d'eau sont perdus chaque année, soit l'équivalent de 430 000 piscines olympiques. Et ce, à cause de la vétusté du réseau français. Pour éviter ce gaspillage, l’État a lancé le chantier des Assises de l'eau afin de moderniser plus rapidement ses infrastructures. Mais quel chemin parcourt l'eau de la sou […]
      Nadia CHARBIT
    • "La prochaine fois qu'un opposant russe sera assassiné, on se demandera s'il est vraiment mort" 31 mai 2018
      Dans la presse, ce jeudi 31 mai, les réactions à la mise en scène de l’assassinat du journaliste Arkady Babchenko. Une conséquence controversée du durcissement de la lutte contre l’immigration aux États-Unis. L’essor du djihadisme en Afrique. Et une info sur le port de lunettes.
      Hélène FRADE
    • "Le vaccin ‘expérimental’ contre Ebola a montré son efficacité" 30 mai 2018
      Yazdan Yazdanpanah, chef du Service des maladies infectieuses et tropicales de l’Hôpital Bichat à Paris, a travaillé sur la mise au point d’un vaccin contre le virus Ebola. Il revient sur la campagne de vaccination en cours en RDC, où Ebola a fait à ce jour 25 morts, qui suscite l'inquiétudes sur place. Entre 2013 et 2016 Ebola a tué 11 000 personnes en […]
      Pauline PACCARD
    • RD Congo : les vaccinations démarrent dans les villages d'où est partie l'épidémie d'Ebola 29 mai 2018
      Le gouvernement congolais, l'OMS et leurs partenaires ont entamé lundi les vaccinations à Bikoro et Iboko, localités reculées de l'ouest de la RD Congo, d'où est partie l'épidémie d'Ebola, il y a trois semaines.
      Rémi CARLIER
    • Vidéo : le virus Nipah met le sud de l'Inde en état d'alerte 24 mai 2018
      Dix personnes sont décédées en moins de deux semaines, en Inde, du virus Nipah. Moins connu qu'Ebola, il a pourtant un taux de mortalité équivalent et fait partie des candidats les plus dangereux pour une prochaine épidémie majeure, d'après l'OMS.
      FRANCE24