Le grand Monsieur qui a sauvé RENAULT et NISSAN


Par Bruno Pineau-Valencienne.

Franco Canadien, Bruno Pineau-Valencienne, MBA est Consultant Senior  »Corporate Governance » au sein d’un cabinet américain de Service Conseil en matière de Gouvernance d’entreprise à Toronto

Au fil des jours, la persécution judiciaire dont fait l’objet Carlos Ghosn ressemble de plus en plus à une opération de diffamation illimitée qui a transformé le tribunal de Tokyo en tribunal spécial pour réduire au silence le pensionnaire VIP de la prison de Kosuge et le détruire. Ses avocats évoquent même sans détour des actes de torture légale commis sous couvert d’une autorité officielle et qui s’apparentent plutôt à une exécution »extrajudiciaire » à petit feu.
D’ailleurs, ces pratiques rappellent étrangement les sévices infligés aux soldats français dans les prisons vietnamiennes où les conditions d’incarcération étaient véritablement désespérantes et aboutissaient le plus souvent à l’anéantissement total des individus.
Derrière cette affaire Ghosn, la thèse du complot industriel ne fait donc plus aucun doute.
Les rebelles de Nissan, animés par un nationalisme industriel aveugle et fanatique, « veulent faire dérailler toute possibilité d’une combinaison complète de Nissan et de Renault…
Ces derniers craignant avant tout que leur compagnie japonaise ne tombe sous contrôle français » comme le rappelle Maître Jean-Yves Le Borgne.
Se sachant lui même sur la corde raide, Hiroto Saikawa a donc choisi le terrain pénal comme angle d’attaque, en allant avec son clan chercher des prétextes pour alimenter une éventuelle accusation, dans le seul but de neutraliser le super patron franco-libanais brésilien, trahi de l’intérieur.
M Carlos Ghosn

GHOSN : LE PATRON HAÏ ?

Au-delà de cette machination, Carlos Ghosn n’aurait t-il pas été victime de son propre succès ? Le monde surmédiatisé dans lequel nous vivons n’épargne pas non plus les grands patrons qui peuvent parfois se laisser griser par le pouvoir en jouant la personnalisation à l’extrême de ces êtres abstraits et abscons que sont les entreprises.
Il en découle corrélativement une concentration des pouvoirs entre les mains d’un seul homme avec le risque pour le dirigeant de se retrouver seul sur tous les fronts. Plus il s’expose et plus il finit par encaisser tous les coups.
Ainsi, lorsque survient une affaire présumée de détournements de fonds, la responsabilité du grand patron aussi mythique que Carlos Ghosn est de facto engagée.
Cependant, dans la réalité de l’exercice du pouvoir le patron n’est jamais vraiment seul, ce qui nous amène à nous interroger sur le degré de responsabilité des parties prenantes internes et externes au sein de Renault-Nissan, ces fameux contre-pouvoirs.
De ce fait, quel rôle aurait pu jouer le conseil d’administration dans cette affaire entre 2009 et 2019 ?
Aurait-il failli à ses obligations par copinage en fermant les yeux sur certaines pratiques douteuses ? Plausible…
Mais ce scénario reste peu probable car de plus en plus les conseils d’administration des entreprises, qu’elles soient cotées en bourse, sociétés d’État, universités ou autres organismes publics, sont maintenant constitués d’une majorité de membres indépendants dont les acteurs jouent leur crédibilité, se gardant bien de cautionner des actes délictueux.
De nos jours le plus grand risque est réputationnel. Rappelons qu’en matière de décision, le conseil d’administration a entre autres la lourde responsabilité d’examiner et d’approuver les états financiers sur recommandation du comité de vérification, la politique de divulgation de l’information financière, mais également toute proposition d’amélioration portant sur l’efficacité des systèmes de contrôle interne, etc.
En somme, de nos jours, les membres d’un conseil d’administration ne sont pas là pour l’apparat. Ils doivent jouer un véritable rôle de chien de garde et rendre des comptes.
C Ghosn

LA RESPONSABILITÉ ÉCRASANTE… DES RESPONSABLES

Que dire aussi des actionnaires institutionnels et privés alors que le devoir fiduciaire de ces investisseurs dans l’exercice des votes qu’ils détiennent, lors des assemblées générales ne cessent de se renforcer depuis 2009 ?
Avec la règle dite du say on pay, leur influence s’est accrue considérablement, ces derniers ayant directement leur mot à dire sur les politiques de rémunération des dirigeants de l’entreprise.
Si les actionnaires avaient eu le moindre doute sur la gestion de Carlos Ghosn pourquoi ne se sont-ils pas manifestés plus tôt ?
De surcroît, il est en effet curieux de constater que l’État français, actionnaire à hauteur de 15 % dans le capital de Renault, ne découvre que maintenant un présumé pot aux roses dans les comptes du constructeur automobile français comme le laisse sous-entendre benoîtement notre ministre des Finances, Bruno Le Maire.
Enfin, l’ensemble des grands groupes du CAC 40 dispose d’un système d’audit interne très rigoureux qui les prémunit en principe contre tout transfert financier jugé douteux. Une demande de virement effectuée hors système, au sein d’une entreprise comme Renault, et pour des montants aussi importants, aurait été rapidement détectée.
L’existence de ces instruments de contrôle laisse donc à penser que Bercy se porte finalement garant du comportement éthique de l’entreprise et de ses dirigeants, sans parler des cabinets d’audit dont la mission principale consiste à effectuer les examens des résultats financiers visant à émettre une opinion sur la régularité et la sincérité des comptes annuels dans le but de rassurer les actionnaires sur la qualité de l’information financière de l’entreprise.
La démarche de contrôle répond toujours rigoureusement à une exigence légale visant à garantir la fiabilité et la transparence de l’information financière présentée.
À la lumière de tous ces éléments, il apparaît évident que si des détournements de fonds étaient avérés le soldat Ghosn ne tomberait pas seul, entraînant dans sa chute les acteurs impliqués dans cette saga franco-japonaise, sommés par la justice de s’expliquer sur ces accusations prétendument frauduleuses.
L’État français n’y échapperait pas non plus, ainsi que, ironie du sort, les pires ennemis de Carlos Ghosn, lesquels ne devraient pas se réjouir trop vite…
Dans ce brouhaha infernal, le silence assourdissant de nos hommes et femmes politiques devient indécent alors que la France ne compte déjà pas beaucoup de grands patrons de cette qualité, un bâtisseur hors normes, pourvoyeur de milliers d’emplois, symbole de la réussite française et de la méritocratie, lequel pouvait être un recours éventuel en l’absence d’une offre politique crédible dans un paysage électorale ressemblant davantage à un champ de ruines.
Qu’attendent donc les pouvoirs publics pour agir en exigeant haut et fort la tenue d’un procès juste et équitable sur le sol français, compte tenu de la part prépondérante de l’État dans le capital de Renault ?
Dans une situation semblable imagineriez-vous un Donald Trump restant les bras croisés, laissant un Tim Cook se faire torturer dans un centre pénitentiaire étranger et d’une manière aussi humiliante ? Certainement pas !
Le bouillonnant président américain aurait sans doute annoncé le rappel immédiat de son ambassadeur pour consultation ; ce que devrait faire Emmanuel Macron, qui n’a pourtant pas hésité à rappeler sur-le-champ notre ambassadeur en Italie pour des faits beaucoup moins incriminants sans comparaison avec le kidnapping légal auquel se sont livrées les autorités japonaises.
M Ghosn
Jusqu’à preuve du contraire, l’ex-patron de Renault reste présumé innocent alors même que les droits de la défense sont ouvertement bafoués dans ce procès inique et qu’une certaine presse aux pratiques contestables a déjà rendu son jugement jetant en pâture à l’opinion publique le coupable idéal.
Les masques finiront par tomber et notre champion, nous l’espérons, n’en sortira que plus fort tout auréolé d’une victoire par ippon !
En attendant, confronté à cette terrible solitude, puisse l’ancien élève du Collège Notre-Dame de Jamhour de Beyrouth s’inspirer de l’apôtre Saint Paul lui aussi emprisonné dans l’attente de son jugement et qui déclara : « j’ai appris à être heureux en toutes circonstances que je sois dans l’abondance ou que je sois dans la disette. »
Par Bruno Pineau-Valencienne.

 

  • RADIO SATELLITE RS / click to listen live / cliquer pour écouter

    RADIO SATELLITE2 RS2 / click to listen live / cliquer pour écouter

    RADIO SATELLITE2 RS2 / click to listen live / cliquer pour écouter

  • APPLI RS APPLE (SMARTPHONES & TABLETTES)

  • APPLI RS ANDROID (SMARTPHONES & TABLETTES)

    Get it on Google Play
  • META

  • DECOUVREZ LES PHOTOS DES AMIS DE NOS WEBRADIOS

    DECOUVREZ LES PHOTOS DES AMIS DE NOS WEBRADIOS

    DECOUVREZ LES PHOTOS DES AMIS DE NOS WEBRADIOS

  • Pour une aide facultative de la radio dans ses dépenses musicales et techniques

    Pour une aide facultative de la radio dans ses dépenses musicales et techniques
  • CALENDRIER

    décembre 2019
    L M M J V S D
    « Nov    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • FREE WEB RADIO

  • Blog Stats

    • 49 877 hits
  • STATS VISITES: installée le 14 02 2015

    Flag Counter

  • RSS INFOS FRANCE24 POUR MIDDLE EAST

    • En Irak, les médias tombent sous les coups du pouvoir 6 décembre 2019
      Accusés par le pouvoir d'alimenter le mouvement de protestation, une dizaine de médias ont été contraints de mettre la clé sous la porte. La décision, prise par la Commission irakienne des médias et des communications, attise la colère des journalistes de ce pays, parmi les moins libres selon Reporters sans frontières.
      Sérine BEY
    • La Turquie, enfant terrible de l'Otan 5 décembre 2019
      Si l’Otan a péniblement réaffirmé son unité, mercredi, au cours d’un sommet à Londres, les tensions autour de la Turquie ont marqué les discussions. Pour en comprendre les enjeux, France 24 s’est entretenu avec Yves Boyer, chercheur spécialiste de l’Otan.
      Françoise MARMOUYET
    • Manifestations en Iran : Rohani appelle à la libération des "innocents" 4 décembre 2019
      Le président iranien Hassan Rohani a plaidé, mercredi, pour la libération des "innocents", arrêtés en lien avec le mouvement de contestation ayant touché l'Iran en novembre. Quelque 7 000 personnes ont été arrêtées selon un député, un chiffre démenti par l'autorité judiciaire.
      FRANCE 24
    • Shirin Ebadi : "La répression en Iran est inédite depuis 40 ans" 4 décembre 2019
      L’Iranienne Shirin Ebadi, prix Nobel de la paix en 2003, avocate et militante des droits de l'Homme, revient pour France 24 sur les manifestations en Iran, qui ont été marquées ces deux dernières semaines par des violences meurtrières. Selon l'ONG Amnesty International, au moins 208 manifestants ont été tués dans la répression, le plus lourd bilan […]
      Stéphanie ANTOINE
    • Dans les colonies israéliennes, l'olivier, arbre de paix entre Israéliens et Palestiniens 4 décembre 2019
      En Cisjordanie, la cueillette des olives par les agriculteurs palestiniens n'est pas du goût de certains colons juifs extrémistes, qui revendiquent le droit exclusif à exploiter les terres. Mais la volonté de sauver la paix est plus forte et depuis des décennies, des groupes de citoyens israéliens viennent prêter main forte aux agriculteurs palestiniens […]
      Meriem AMELLAL
    • Allan Kaval : "Dans les prisons kurdes de Syrie, c’est une humanité qui meurt face à soi" 3 décembre 2019
      Allan Kaval, reporter pour le journal Le Monde, signe avec la photoreporter Laurence Geai, une série de reportages sur les prisons tenues par les Kurdes dans le Nord-Est de la Syrie. Des prisons, dans lesquelles des milliers d'anciens djihadistes de l’organisation État islamique, dont des Français, sont détenus et qui sont, pour beaucoup, promis à une m […]
      Pauline PACCARD
    • Des bombardements turcs en Syrie font plusieurs morts dont huit enfants 2 décembre 2019
      Huit enfants de moins de 15 ans font partie des victimes, causées lundi par des frappes turques à Tal Rifaat, une ville du nord de la Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. La plupart des victimes sont des déplacés kurdes.
      FRANCE 24
    • Irak : après la guerre, la révolte 2 décembre 2019
      Depuis deux mois, les Irakiens se rebellent contre le pouvoir. À Bagdad, ce sont surtout les jeunes qui se mobilisent. Dans la ville sainte de Najaf, les manifestants ont incendié le consulat iranien, marquant un tournant dans la violence. Du côté des autorités, les forces de police ont tiré à balles réelles. Depuis le début des manifestations, il y a eu prè […]
      Stéphanie ANTOINE
    • En Syrie, de violents affrontements à Idleb en dépit du cessez-le-feu 1 décembre 2019
      L'accord de cessez-le-feu dans la région d'Idleb (nord-ouest) a été fragilisé par deux jours d'affrontements violents entre les forces prorégime et des factions jihadistes et rebelles. Les combats ont fait près de 70 morts.
      FRANCE 24
    • Irak : "La démission du gouvernement d'Adel Abdel Mahdi ouvre une période d'instabilité" 1 décembre 2019
      Adel Abdel Mahdi n'est désormais plus le Premier ministre irakien. Les députés irakiens ont accepté, dimanche, la démission de son gouvernement. S'ouvre maintenant une période d'incertitude, voire même d'instabilité puisque les parlementaires doivent se mettre d'accord pour nommer un nouveau Premier ministre. On sait à quel point cel […]
      FRANCE24