CHARLES MALEK


charles_malek

Charles Habib Malek
Naissance 1906
Bterram (Liban)
Décès 28 décembre 1987
(à 81 ans)
Beyrouth
Nationalité Liban Liban
Profession(s) philosophie et politique
Autres activités Président de l’Assemblée générale des Nations unies (1958–1959)
Formation Université Harvard

Diplomate, politicien,philosophe, visionnaire

Charles Habib Malek (* 1906, † 1987) (arabe : شارل مالك) était un diplomate, homme politique et universitaire libanais. Il a occupé plusieurs fonctions au sein de l’Organisation des Nations unies et a joué un rôle important au sein de la politique libanaise. Il est un des rédacteurs de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Biographie

Charles Malek est né en 1906 à Bterram, un village situé dans le district du Koura, au nord du Liban. Ses parents, Dr. Habib Malek et Zarifa Karam, étaient des chrétiens orthodoxes. Il est mort le 28 décembre 1987 à Beyrouth, suite à une intervention chirurgicale.

Formation

Il est élève de l’École missionnaire américaine pour garçons de Tripoli, puis de l’Université américaine de Beyrouth, dont il obtient un diplôme en mathématiques et physique. En 1929, il quitte le Liban pour se rendre au Caire, en Égypte, où il développe un goût pour la philosophie. Cette appétence le mène à Fribourg-en-Brisgau, en Allemagne, où il suit l’enseignement de Martin Heidegger, de 1932 à 1933. Mais l’avènement du nazisme l’insupporte et le pousse à quitter l’Allemagne pour l’Université Harvard aux États-Unis. C’est là qu’il suit les cours d’Alfred North Whitehead. En 1937, il obtient son PhD, toujours à Harvard, s’inspirant des métaphysiques de ses deux maîtres, Heidegger et Whitehead.

Carrière universitaire

Une fois diplômé, Charles Malek enseigne à Harvard ainsi que dans d’autres universités américaines. Il retourne au Liban avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, où il intègre l’Université américaine de Beyrouth. Il y est le fondateur du département de philosophie et du département d’anthropologie culturelle.
Néanmoins en 1945, la fin de la Seconde Guerre mondiale le place sur le devant de la scène politique internationale, qu’il ne quitte pas jusqu’en 1960. Durant cette période, il marque une pause dans sa carrière universitaire.
En 1960, fort de son expérience politique, il reprend ses enseignements. Il enseigne alors à l’American University à Washington, au Dartmouth College dans le New Hampshire, à l’Université de Notre Dame dans l’Indiana, à l’Université de Waterloo au Canada en tant que Pascal Lecturer en 1981. Son dernier poste officiel est à l’Université Catholique d’Amérique à Washington, où il officie comme Jacques Maritain Distinguished Professor of Moral and Political Philosophy (Professeur distingué Jacques Maritain de philosophie morale et politique) de 1981 à 1983. Bien que ses fonctions de professeur l’appellent principalement en Amérique du Nord, il conserve sa chaire de philosophie à l’Université américaine de Beyrouth de 1962 à 1976. Il a reçu au moins 50 diplômes honorifiques d’établissements d’enseignement supérieur des États-Unis, du Canada et d’Europe [1].

Engagements politiques

À l’Organisation des Nations unies

En 1945, il est choisi pour être l’ambassadeur libanais aux États-Unis et à l’Organisation des Nations unies. Il représente le Liban à la Conférence de San Francisco de 1945, fondatrice de l’Organisation des Nations Unies. En 1946 et 1947, il sert comme rapporteur pour la Commission pour les droits de l’homme des Nations unies, pour ensuite devenir président du Conseil économique et social des Nations unies. En 1947, il participe à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’homme aux côtés de la présidente siégeante de la Commission pour les droits de l’homme des Nations unies, la déléguée américaine à l’Assemblée générale des Nations unies, Eleanor Roosevelt. Son rôle dans la rédaction du texte est reconnu comme prépondérant, et on le désigne comme la « force motrice » dans l’arrangement du texte[2]. « Nous avons eu la chance d’avoir Charles Malek comme président », a écrit dans ses mémoires John Humphrey, directeur de la division des droits de l’homme au Secrétariat des Nations unies. Il connaissait bien l’histoire législative de ce document »[1]. En 1952, il succède à Eleanor Roosevelt au siège de l’Assemblée générale des Nations unies.Il exprime librement ses idées lors des débats en critiquant régulièrement l’Union Soviétique. Il reste ambassadeur aux États-Unis et à l’ONU jusqu’en 1955. Après une pause de trois ans, il revient présider la treizième session de l’Assemblée générale des Nations unies.

Au Liban

Parallèlement à ses activités à l’ONU, Malek est nommé au gouvernement libanais. Il est Ministre de l’Éducation Nationale en 1956 et 1957, et Ministre des Affaires Étrangères de 1956 à 1958. Tout en étant Ministre, il est élu à l’Assemblée Nationale du Liban en 1957, où il reste trois années. Le déclenchement de la Guerre Civile Libanaise, qui dura de 1975 à 1990, pousse Malek à fonder le Front pour la Liberté et l’Homme au Liban, afin de défendre la cause chrétienne. Il est renommé plus tard Front Libanais. Au sein du front, Malek est le seul chrétien orthodoxe parmi des maronites, et vraisemblablement la tête pensante du parti. Les membres du Front comptaient des personnalités de la droite chrétienne, comme Pierre Gemayel, le fondateur des Phalanges libanaises, et Camille Chamoun, ancien Président de la République libanaise de 1952 à 1958 et dirigeant du Parti national libéral (Liban).

Charles Malek

 

Activités religieuses

Malek officie aussi sur la question religieuse, tentant de briser les lignes confessionnelles entre chrétiens orthodoxes, catholiques et protestants. Il est l’auteur de nombreuses exégèses de la Bible et de commentaires des écrits des Pères de l’Église, et l’un des rares théologiens orthodoxes de son temps à être reconnu dans les cercles évangéliques. Il est cité par des dirigeants évangéliques comme Bill Bright. De 1966 à 1972, il est vice-président de la Société biblique, et de 1967 à 1971, il est président du Conseil mondial pour l’éducation chrétienne.

  • RADIO SATELLITE RS / click to listen live / cliquer pour écouter

    RADIO SATELLITE2 RS2 / click to listen live / cliquer pour écouter

    RADIO SATELLITE2 RS2 / click to listen live / cliquer pour écouter

  • APPLI RS APPLE (SMARTPHONES & TABLETTES)

  • APPLI RS ANDROID (SMARTPHONES & TABLETTES)

    Get it on Google Play
  • META

  • DECOUVREZ LES PHOTOS DES AMIS DE NOS WEBRADIOS

    DECOUVREZ LES PHOTOS DES AMIS DE NOS WEBRADIOS

    DECOUVREZ LES PHOTOS DES AMIS DE NOS WEBRADIOS

  • Pour une aide facultative de la radio dans ses dépenses musicales et techniques

    Pour une aide facultative de la radio dans ses dépenses musicales et techniques
  • CALENDRIER

    décembre 2019
    L M M J V S D
    « Nov    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • FREE WEB RADIO

  • Blog Stats

    • 49 876 hits
  • STATS VISITES: installée le 14 02 2015

    Flag Counter

  • RSS INFOS FRANCE24 POUR MIDDLE EAST

    • La Turquie, enfant terrible de l'Otan 5 décembre 2019
      Si l’Otan a péniblement réaffirmé son unité, mercredi, au cours d’un sommet à Londres, les tensions autour de la Turquie ont marqué les discussions. Pour en comprendre les enjeux, France 24 s’est entretenu avec Yves Boyer, chercheur spécialiste de l’Otan.
      Françoise MARMOUYET
    • Manifestations en Iran : Rohani appelle à la libération des "innocents" 4 décembre 2019
      Le président iranien Hassan Rohani a plaidé, mercredi, pour la libération des "innocents", arrêtés en lien avec le mouvement de contestation ayant touché l'Iran en novembre. Quelque 7 000 personnes ont été arrêtées selon un député, un chiffre démenti par l'autorité judiciaire.
      FRANCE 24
    • Shirin Ebadi : "La répression en Iran est inédite depuis 40 ans" 4 décembre 2019
      L’Iranienne Shirin Ebadi, prix Nobel de la paix en 2003, avocate et militante des droits de l'Homme, revient pour France 24 sur les manifestations en Iran, qui ont été marquées ces deux dernières semaines par des violences meurtrières. Selon l'ONG Amnesty International, au moins 208 manifestants ont été tués dans la répression, le plus lourd bilan […]
      Stéphanie ANTOINE
    • Dans les colonies israéliennes, l'olivier, arbre de paix entre Israéliens et Palestiniens 4 décembre 2019
      En Cisjordanie, la cueillette des olives par les agriculteurs palestiniens n'est pas du goût de certains colons juifs extrémistes, qui revendiquent le droit exclusif à exploiter les terres. Mais la volonté de sauver la paix est plus forte et depuis des décennies, des groupes de citoyens israéliens viennent prêter main forte aux agriculteurs palestiniens […]
      Meriem AMELLAL
    • Allan Kaval : "Dans les prisons kurdes de Syrie, c’est une humanité qui meurt face à soi" 3 décembre 2019
      Allan Kaval, reporter pour le journal Le Monde, signe avec la photoreporter Laurence Geai, une série de reportages sur les prisons tenues par les Kurdes dans le Nord-Est de la Syrie. Des prisons, dans lesquelles des milliers d'anciens djihadistes de l’organisation État islamique, dont des Français, sont détenus et qui sont, pour beaucoup, promis à une m […]
      Pauline PACCARD
    • Des bombardements turcs en Syrie font plusieurs morts dont huit enfants 2 décembre 2019
      Huit enfants de moins de 15 ans font partie des victimes, causées lundi par des frappes turques à Tal Rifaat, une ville du nord de la Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. La plupart des victimes sont des déplacés kurdes.
      FRANCE 24
    • Irak : après la guerre, la révolte 2 décembre 2019
      Depuis deux mois, les Irakiens se rebellent contre le pouvoir. À Bagdad, ce sont surtout les jeunes qui se mobilisent. Dans la ville sainte de Najaf, les manifestants ont incendié le consulat iranien, marquant un tournant dans la violence. Du côté des autorités, les forces de police ont tiré à balles réelles. Depuis le début des manifestations, il y a eu prè […]
      Stéphanie ANTOINE
    • En Syrie, de violents affrontements à Idleb en dépit du cessez-le-feu 1 décembre 2019
      L'accord de cessez-le-feu dans la région d'Idleb (nord-ouest) a été fragilisé par deux jours d'affrontements violents entre les forces prorégime et des factions jihadistes et rebelles. Les combats ont fait près de 70 morts.
      FRANCE 24
    • Irak : "La démission du gouvernement d'Adel Abdel Mahdi ouvre une période d'instabilité" 1 décembre 2019
      Adel Abdel Mahdi n'est désormais plus le Premier ministre irakien. Les députés irakiens ont accepté, dimanche, la démission de son gouvernement. S'ouvre maintenant une période d'incertitude, voire même d'instabilité puisque les parlementaires doivent se mettre d'accord pour nommer un nouveau Premier ministre. On sait à quel point cel […]
      FRANCE24
    • Le Parlement irakien accepte la démission du Premier ministre 1 décembre 2019
      Les députés irakiens ont accepté, dimanche, la démission du gouvernement d'Adel Abdel Mahdi, alors que le pays observe une journée de deuil en hommage aux plus de 420 morts depuis le début de la contestation. Par ailleurs, un tribunal a condamné à mort un policier accusé d'avoir tué deux manifestants.
      FRANCE 24