Le grand Monsieur qui a sauvé RENAULT et NISSAN


Par Bruno Pineau-Valencienne.

Franco Canadien, Bruno Pineau-Valencienne, MBA est Consultant Senior  »Corporate Governance » au sein d’un cabinet américain de Service Conseil en matière de Gouvernance d’entreprise à Toronto

Au fil des jours, la persécution judiciaire dont fait l’objet Carlos Ghosn ressemble de plus en plus à une opération de diffamation illimitée qui a transformé le tribunal de Tokyo en tribunal spécial pour réduire au silence le pensionnaire VIP de la prison de Kosuge et le détruire. Ses avocats évoquent même sans détour des actes de torture légale commis sous couvert d’une autorité officielle et qui s’apparentent plutôt à une exécution »extrajudiciaire » à petit feu.
D’ailleurs, ces pratiques rappellent étrangement les sévices infligés aux soldats français dans les prisons vietnamiennes où les conditions d’incarcération étaient véritablement désespérantes et aboutissaient le plus souvent à l’anéantissement total des individus.
Derrière cette affaire Ghosn, la thèse du complot industriel ne fait donc plus aucun doute.
Les rebelles de Nissan, animés par un nationalisme industriel aveugle et fanatique, « veulent faire dérailler toute possibilité d’une combinaison complète de Nissan et de Renault…
Ces derniers craignant avant tout que leur compagnie japonaise ne tombe sous contrôle français » comme le rappelle Maître Jean-Yves Le Borgne.
Se sachant lui même sur la corde raide, Hiroto Saikawa a donc choisi le terrain pénal comme angle d’attaque, en allant avec son clan chercher des prétextes pour alimenter une éventuelle accusation, dans le seul but de neutraliser le super patron franco-libanais brésilien, trahi de l’intérieur.
M Carlos Ghosn

GHOSN : LE PATRON HAÏ ?

Au-delà de cette machination, Carlos Ghosn n’aurait t-il pas été victime de son propre succès ? Le monde surmédiatisé dans lequel nous vivons n’épargne pas non plus les grands patrons qui peuvent parfois se laisser griser par le pouvoir en jouant la personnalisation à l’extrême de ces êtres abstraits et abscons que sont les entreprises.
Il en découle corrélativement une concentration des pouvoirs entre les mains d’un seul homme avec le risque pour le dirigeant de se retrouver seul sur tous les fronts. Plus il s’expose et plus il finit par encaisser tous les coups.
Ainsi, lorsque survient une affaire présumée de détournements de fonds, la responsabilité du grand patron aussi mythique que Carlos Ghosn est de facto engagée.
Cependant, dans la réalité de l’exercice du pouvoir le patron n’est jamais vraiment seul, ce qui nous amène à nous interroger sur le degré de responsabilité des parties prenantes internes et externes au sein de Renault-Nissan, ces fameux contre-pouvoirs.
De ce fait, quel rôle aurait pu jouer le conseil d’administration dans cette affaire entre 2009 et 2019 ?
Aurait-il failli à ses obligations par copinage en fermant les yeux sur certaines pratiques douteuses ? Plausible…
Mais ce scénario reste peu probable car de plus en plus les conseils d’administration des entreprises, qu’elles soient cotées en bourse, sociétés d’État, universités ou autres organismes publics, sont maintenant constitués d’une majorité de membres indépendants dont les acteurs jouent leur crédibilité, se gardant bien de cautionner des actes délictueux.
De nos jours le plus grand risque est réputationnel. Rappelons qu’en matière de décision, le conseil d’administration a entre autres la lourde responsabilité d’examiner et d’approuver les états financiers sur recommandation du comité de vérification, la politique de divulgation de l’information financière, mais également toute proposition d’amélioration portant sur l’efficacité des systèmes de contrôle interne, etc.
En somme, de nos jours, les membres d’un conseil d’administration ne sont pas là pour l’apparat. Ils doivent jouer un véritable rôle de chien de garde et rendre des comptes.
C Ghosn

LA RESPONSABILITÉ ÉCRASANTE… DES RESPONSABLES

Que dire aussi des actionnaires institutionnels et privés alors que le devoir fiduciaire de ces investisseurs dans l’exercice des votes qu’ils détiennent, lors des assemblées générales ne cessent de se renforcer depuis 2009 ?
Avec la règle dite du say on pay, leur influence s’est accrue considérablement, ces derniers ayant directement leur mot à dire sur les politiques de rémunération des dirigeants de l’entreprise.
Si les actionnaires avaient eu le moindre doute sur la gestion de Carlos Ghosn pourquoi ne se sont-ils pas manifestés plus tôt ?
De surcroît, il est en effet curieux de constater que l’État français, actionnaire à hauteur de 15 % dans le capital de Renault, ne découvre que maintenant un présumé pot aux roses dans les comptes du constructeur automobile français comme le laisse sous-entendre benoîtement notre ministre des Finances, Bruno Le Maire.
Enfin, l’ensemble des grands groupes du CAC 40 dispose d’un système d’audit interne très rigoureux qui les prémunit en principe contre tout transfert financier jugé douteux. Une demande de virement effectuée hors système, au sein d’une entreprise comme Renault, et pour des montants aussi importants, aurait été rapidement détectée.
L’existence de ces instruments de contrôle laisse donc à penser que Bercy se porte finalement garant du comportement éthique de l’entreprise et de ses dirigeants, sans parler des cabinets d’audit dont la mission principale consiste à effectuer les examens des résultats financiers visant à émettre une opinion sur la régularité et la sincérité des comptes annuels dans le but de rassurer les actionnaires sur la qualité de l’information financière de l’entreprise.
La démarche de contrôle répond toujours rigoureusement à une exigence légale visant à garantir la fiabilité et la transparence de l’information financière présentée.
À la lumière de tous ces éléments, il apparaît évident que si des détournements de fonds étaient avérés le soldat Ghosn ne tomberait pas seul, entraînant dans sa chute les acteurs impliqués dans cette saga franco-japonaise, sommés par la justice de s’expliquer sur ces accusations prétendument frauduleuses.
L’État français n’y échapperait pas non plus, ainsi que, ironie du sort, les pires ennemis de Carlos Ghosn, lesquels ne devraient pas se réjouir trop vite…
Dans ce brouhaha infernal, le silence assourdissant de nos hommes et femmes politiques devient indécent alors que la France ne compte déjà pas beaucoup de grands patrons de cette qualité, un bâtisseur hors normes, pourvoyeur de milliers d’emplois, symbole de la réussite française et de la méritocratie, lequel pouvait être un recours éventuel en l’absence d’une offre politique crédible dans un paysage électorale ressemblant davantage à un champ de ruines.
Qu’attendent donc les pouvoirs publics pour agir en exigeant haut et fort la tenue d’un procès juste et équitable sur le sol français, compte tenu de la part prépondérante de l’État dans le capital de Renault ?
Dans une situation semblable imagineriez-vous un Donald Trump restant les bras croisés, laissant un Tim Cook se faire torturer dans un centre pénitentiaire étranger et d’une manière aussi humiliante ? Certainement pas !
Le bouillonnant président américain aurait sans doute annoncé le rappel immédiat de son ambassadeur pour consultation ; ce que devrait faire Emmanuel Macron, qui n’a pourtant pas hésité à rappeler sur-le-champ notre ambassadeur en Italie pour des faits beaucoup moins incriminants sans comparaison avec le kidnapping légal auquel se sont livrées les autorités japonaises.
M Ghosn
Jusqu’à preuve du contraire, l’ex-patron de Renault reste présumé innocent alors même que les droits de la défense sont ouvertement bafoués dans ce procès inique et qu’une certaine presse aux pratiques contestables a déjà rendu son jugement jetant en pâture à l’opinion publique le coupable idéal.
Les masques finiront par tomber et notre champion, nous l’espérons, n’en sortira que plus fort tout auréolé d’une victoire par ippon !
En attendant, confronté à cette terrible solitude, puisse l’ancien élève du Collège Notre-Dame de Jamhour de Beyrouth s’inspirer de l’apôtre Saint Paul lui aussi emprisonné dans l’attente de son jugement et qui déclara : « j’ai appris à être heureux en toutes circonstances que je sois dans l’abondance ou que je sois dans la disette. »
Par Bruno Pineau-Valencienne.

 

Publicités

BECHARRE & VAL D’ISERE : JUMELAGE


C’est au pied du mont Makmal, encore blanchi par la neige de printemps, que le président du conseil municipal de Bécharré, Freddy Keyrouz, et son homologue du célèbre village de Val-d’Isère, en France, Marc Bauer, ont acté samedi la convention officialisant le jumelage entre leurs communes.

 

BECHARRE

La signature du partenariat a eu lieu en présence des députés des Forces libanaises Sethrida Geagea et Joseph Ishak, ainsi que de l’ambassadeur de France Bruno Foucher. Au-delà de la portée symbolique que représente ce partenariat, les élus ont souhaité poser les bases de projets futurs de collaboration dans les domaines de la culture, de l’environnement ou encore de l’économie.

Le jumelage trouve ses racines dans la participation de jeunes skieurs originaires de Bécharré à la compétition internationale de ski jeunes, la Scara, qui se tient annuellement à Val-d’Isère.

C’est lors de la visite de Freddy Keyrouz en France, en décembre dernier, que les élus ont décidé d’officialiser leur rapprochement. L’intérêt porté par les deux villages au développement de l’agriculture et du tourisme, piliers de la politique portée par la députée Sethrida Geagea dans la région, ont été évoqués comme facteurs de rapprochement.

La convention de jumelage entre les deux communes reste toutefois peu contraignante et devra se traduire par la mise en œuvre de projets concrets. Une volonté qui a été appuyée par les élus, sans qu’ils ne fassent mention d’un budget spécifiquement dédié à ces programmes.

Les villages ont néanmoins annoncé la formation d’un comité de jumelage et listé plusieurs domaines que pourra englober la coopération, tels que la protection de l’environnement, la culture ou le développement économique. Le maire avalain a également cité la possibilité pour les scouts français d’effectuer des séjours dans la ville d’origine de Gibran Khalil Gibran.

La responsable du club de sport de Val-d’Isère, Ingrid Jacquemod, a de son côté espéré que les jeunes sportifs français puissent se rendre ponctuellement à Bécharré dans le cadre de leurs entraînements.

La place des piétons

Le développement de la station des Cèdres, située non loin de Bécharré et qui se déploie sur les flancs du mont Qornet es-Saouda, a enfin concentré l’attention durant les discussions.

Le village, dont le domaine skiable s’est développé concomitamment à celui de Val-d’Isère dans les années 1950, cherche en effet à affirmer son statut de destination montagnarde libanaise de référence. Les élus tablent notamment sur plusieurs projets immobiliers, ainsi que sur l’agrandissement du domaine skiable pour renforcer l’attractivité du domaine. Autant de points sur lesquels Val-d’Isère, station et village alpin à la renommée internationale, pourra contribuer.

« La station des Cèdres a un véritable potentiel de développement. Je pense que le domaine skiable est au tiers de ses capacités », a ainsi estimé Marc Bauer. L’élu a également conseillé à Bécharré de se doter d’un plan d’aménagement des pistes et du village.

« C’est important de donner un cachet architectural ou encore de réglementer les flux de voitures pour privilégier la place des piétons », a relevé le maire Français.

La Qadicha

Non loin de la vallée de la Qadicha, que surplombe Bécharré, la signature d’un tel partenariat s’inscrit aussi dans l’engagement historique de la France auprès du Liban, et notamment auprès de la communauté maronite.

« Les liens entre nos deux pays remontent à l’époque de Saint Louis, Louis IX, lorsqu’il avait assuré qu’il serait le protecteur des premiers chrétiens », a ainsi tenu à rappeler Sethrida Geagea. La députée a en outre rendu hommage au rôle de l’armée française dans le développement d’une école militaire de ski et la construction des premiers chalets dans la région au cours du XXe siècle.

Les autorités locales n’ont donc pas hésité à mettre les petits plats dans les grands pour accueillir la délégation venue de Val-d’Isère. Sur la route sinueuse montant à Bécharré, de nombreux panneaux de communication vantent ainsi le rapprochement entre les deux communes plusieurs kilomètres avant que les montagnes ne révèlent leurs cimes enneigées, sous le slogan : « Qui se ressemble s’assemble. »

Le président du conseil municipal de Bécharré a par ailleurs offert à son homologue français un cèdre doré de 25 kilogrammes.

Le nouveau partenariat fait aussi écho à l’engagement de la France en faveur du développement et de la modernisation des infrastructures de la vallée.

La députée a ainsi salué le prêt de 34 millions d’euros accordé par l’Agence française de développement (AFD) à 22 municipalités de la Qadicha pour des projets de traitements des eaux usées et des stations d’épuration.

Alors que l’autorisation pour ce prêt a été validée le mois dernier par l’exécutif, l’ambassadeur de France a assuré « surveiller personnellement » sa bonne mise en œuvre.

BECHARRE 2

 

Sources : Adrien SIMORRE | OLJ  ( L’ORIENT-LE-JOUR )

https://www.lorientlejour.com/article/1163230/becharre-et-val-disere-officialisent-leur-jumelage.html

Diffusion des archives et travail de mémoire; le cas libanais


Par William Yoakim*

Introduction

Même durant les conflits les plus terribles, l’être humain ne cesse de produire des documents (Cox, 2012, p. 21). En effet, lorsque tout semble être destiné à la destruction, l’homme produit lettres, journaux intimes, photographies, films, livres et œuvres d’art pour s’approprier une partie de la mémoire collective menacée d’annihilation. Dans une guerre, tout ce qui permet à l’ennemi de revendiquer son appartenance à un groupe devient une menace à éradiquer. Les bibliothèques, les musées et les archives constituent alors des cibles de choix (Cox, 2012, p. 23) et leur destruction empêche aux survivants d’effectuer le travail de mémoire nécessaire à la compréhension du passé et à la reconstruction d’un avenir.

Comme le théorise le philosophe français Michel Foucault, il est capital de disposer de documents pour effectuer tout travail de souvenir et pour se représenter l’«Archive» d’une époque. (Foucault, 1969, p. 170). Il est important…

Voir l’article original 8 860 mots de plus

Alexa Amazon


RADIO SATELLITE

Ce jour, nous avons décidé de tester un produit : Le « smartspeaker » (dit en français : L’assistant intelligent ).

Pour ce, nous avons reçu le « smartspeaker » de celui d’Amazon : Alexa. ( Alexa Echo Dot 2e Génération)

Alexa Amazon Echo Dot Alexa Amazon Echo Dot

Pour être franc, outre les usages partiels et rapides auprès des entreprises et groupes qui nous avaient montrés à l’époque ce produit,   nous n’avions pas eu l’occasion de le tester longtemps et d’une manière plus profonde.

Ce fut une véritable joie et excitation que de paramétrer ce petit joujou, qui du premier abord pourrait nous paraître comme « gadget  » mais au final, nous nous y habituons et il devient partie intégrante du paysage de nos bureaux ( et / ou de nos maisons).

Il a fallu choisir entre la langue anglaise et française ( eh oui…Nous pouvons choisir la langue, cependant, ce qui en découle est important:

=> Si…

Voir l’article original 641 mots de plus

A musical evening with Andre Rieu


RADIO SATELLITE

Une soirée musicale : Un article éphémère pour la soirée du Samedi 02 Février 2019

A Musical evening with Andre Rieu. Just click and enjoy the great classical music

https://www.facebook.com/watchparty/2079955552094427/

Voir l’article original